Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

alphaville60.overblog.com

alphaville60.overblog.com

Journal d'un spectateur


Regardez-moi (By the Sea d'Angelina Jolie)

Publié par jsma sur 19 Décembre 2015, 10:18am

Catégories : #film de vacances, #pastis, #sud de la France, #botox, #dépression, #angelina jolie

Le Sud de la France, un hôtel luxueux avec vue sur la Méditerrannée, un couple de riches Américains désoeuvrés (Angelina Jolie et Brad Pitt), une chanson de Gainsbourg/Birkin (Jane B) : By the sea commence comme un élégant film de vacances. Son enjeu pourrait être la découverte de la culture française au sens large (de Gainsbourg au pastis) – mais le film a quelques ambitions artistiques. Il voudrait marcher sur les traces d'Antonioni et du Mépris mais ressemble par moments à un épisode de Sous le soleil c' est son principal problème: la dépression d'Angelina Jolie et le couple mourant qu'elle forme avec Brad Pitt rencontrent par malchance la bonne humeur des gens du Sud. Des confidences d'un patron de café sympa (Niels Arestrup) aux parties de belote avec Mélanie Laurent, le film fait, sans vraiment s'en apercevoir, l'éloge d'un art de vivre et l'on finit presque par regretter que le scénario n'ait pas été réécrit sur le tournage, car By the sea aurait pu être une excellente comédie du dépaysement, racontant comme deux Américains célèbres, croyant arriver au pays de la mélancolie, déchantent au contact de néo-beaufs qui pourrissent le documentaire qu'ils avaient prévu de tourner sur la mort de leur couple.

L'idée essentielle du film – sa seule idée même – tient dans l'intérêt que le couple américain porte à un couple français résidant dans la chambre d'à côté. Le Français (Melvil Poupaud) et la Française (Mélanie Laurent) sont sexuellement très actifs : le bruit de leurs ébats sort Angelina Jolie de son lit et de la dépression. Elle découvre rapidement un trou dans une cloison lui permettant d'observer les ébats mais aussi le quotidien du couple : ils n'ont rien à se dire – on est au cœur du plus mauvais cinéma français. Dans une scène assez réjouissante qui vient après un dîner durant lequel les deux couples ont échangé des banalités autour d'un pastis, Angelina invite Brad à son poste d'observation, ils voient Melanie Laurent s'effondrer sur son lit sous l'effet de l'ivresse. No sex. « Ils ne tiennent pas l'alcool », lâche ironiquement Brad. Le pauvre petit spectacle de la chambre d'à côté, ramené à son insignifiance, vient rappeler au spectateur que le film joue la grandeur du côté américain. Le couple français n'est pas le reflet d'une sexualité idéale, mais un ersatz pathétique du couple américain, qui ne peut rivaliser avec lui sur le terrain du vrai désir et de son corollaire: la destruction. La survie de ce désir, dit le film, implique de longues séances d'abstinence et des cures de sommeil auxquelles Angelina Jolie s'abandonne pleinement sans jamais se départir de son élégance (puisqu'elle dort tout habillée).

C'est que l'élégance, dans By the sea, ne se partage pas : Jolie et Pitt éclaboussent de leur classe le petit couple français médiocre, mais la beauté hollywoodienne qu'ils incarnent dans cette côte d'Azur fantasmée rappelant l'époque de Plein Soleil (1960) n'est plus qu'une vieille image de cinéma et le film, tout en adhérant parfois à cette imagerie (surtout en ce qui concerne Angelina Jolie qui semble rêver d'un woman's picture plus gros qu'elle) semble nous dire qu'il n'y croit plus tout à fait. Un programme aussi désenchanté fixe assez précisément l'étrangeté de By the sea, film aussi narcissique et superficiel qu'autodestructeur et angoissé. Sur le visage d'Angelina Jolie, il est parfois difficile de différencier le glamour de la décrépitude. D'un côté, il y a le luxe un peu désuet des vêtements et des accessoires (parmi lesquels la fameuse capeline portée par Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany's) ; de l'autre l'étrangeté d'un visage largement massacré par la chirurgie - un visage qui, dans dix ans, ressemblera à celui de Cher ou de Melanie Griffith. Mais avec un acharnement qui finit par être très beau, ce visage botoxé et outrageusement fardé nous dit : « Regardez-moi ». Là réside peut-être le beau drame que raconte le film, sous son apparence élégante et superficielle : celui d'une Belle au bois dormant névrosée comatant dans un fantasme de célébrité à l'ancienne, qui se réveille un jour en France au bord de la mer, et voit son couple s'autodétruire dans un film qui était pourtant dédié, au départ, à l'éternel glamour de Hollywood.

Regardez-moi (By the Sea d'Angelina Jolie)

By the Sea (Vue sur mer) d'Angelina Jolie est en salles depuis le 9 décembre.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents