Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

alphaville60.overblog.com

alphaville60.overblog.com

Journal d'un spectateur


Transmission (Interstellar de Christopher Nolan)

Publié par jsma sur 23 Novembre 2014, 23:05pm

Catégories : #sf, #interstellar, #christopher nolan, #matthew mcconaughey, #pauline kael, #spielberg

Transmission (Interstellar de Christopher Nolan)

La première grande scène d'Interstellar commence dans un champ de maïs, où Cooper (Matthew McConaughey) aperçoit un drone flottant dans le ciel à basse altitude. Au volant de son pick-up, à bord duquel se trouvent ses deux enfants, il coupe brutalement la route pour suivre du regard l'objet volant, qui décline peu à peu. Grâce à un ordinateur se trouvant à bord du pick-up, Cooper parvient à contrôler le vaisseau à distance. Nolan filme alors en gros plan la main de Cooper posant sur le plateau tactile de l'ordinateur les doigts de sa fille, Murphy. Ce geste résume toute l'histoire d'Interstellar - une histoire de transmission - et dit aussi l'essence que Nolan a su tirer du cinéma de Spielberg : une vision vers le haut, fascinée et éblouie, un émerveillement immense, qui fait beaucoup songer à Rencontres du troisième type.

Dans un très beau texte qu'elle écrit en 1977, au moment où sort le film de Spielberg, Pauline Kael note : « Ce film d'objets volants non identifiés parle des gens qui « cherchent des réponses » […]. Eblouis, certains d'entre eux reçoivent un message, sous la forme d'une étrange vision, ils deviennent obsédés par une forme qu'ils ne comprennent pas : une pyramide ou une montagne, dont le sommet aurait été coupé. Au même moment, une équipe internationale de scientifiques menée par […] Lacombe (François Truffaut) parcourt le globe à la recherche d'autres signaux, quête qui les conduit au pied d'une montagne du Wyoming […]. Et c'est là que convergent les rêveurs, en véritables invités […]. C'est un récit de cheminement vers Bethléem. Seuls ceux qui ont suffisamment la foi et assez de chance arriveront au bout de la route (1) ». Le scénario d'Interstellar emprunte au scénario de Spielberg cette forme de la quête biblique et mythologique : jeté brutalement dans l'espace à bord d'un vaisseau – dont le drone du champ de maïs n'était que la forme primitive, comme un oracle tombé du ciel – Cooper est à la fois Moïse et Ulysse. Comme l'un, il doit trouver dans l'espace une terre promise pour préparer un grand exode qui sauvera peut-être l'humanité ; comme l'autre, il est tenu par une promesse de retour.

Depuis Rencontres du troisième type, aucun film de S.F n'a embrassé un horizon aussi large et si l'on peut être tenté de comparer Interstellar à Gravity d'Alfonso Cuaron, il faut admettre que rien dans Gravity, n'invite à une telle odyssée. Là où Gravity est le récit d'une dérive dans l'espace (« Just drive » disait George Clooney à Sandra Bullock, après l'accident qui les avait séparés), Interstellar est une aventure racontée à la manière de celle d'Ulysse. Le héros visite des mondes, perd ses compagnons en route et, de Charybde en Scylla, finit par traverser un trou noir à la sortie duquel il saisit enfin quel était l'objet de sa quête : ni un contact avec une autre entité (comme chez Spielberg), ni la découverte d'un autre monde (c'était ce que prévoyait le plan A du scénario imaginé par les scientifiques), mais le souvenir d'une vie humaine, symbolisé par une chambre d'enfant et une bibliothèque (2).

La foi de Nolan dans cette histoire est tellement grande qu'elle expose son film à toutes les critiques : trop de naïveté et de pathos, disent ceux qui ne savent plus s'émerveiller, trop de digressions scientifiques fumeuses, diront au contraire ceux qui veulent plus d'émerveillement. Ces critiques montrent à quel point Interstellar, sous ses apparences de blockbuster, est un film déséquilibré et bancal, tendu vers deux directions en apparence opposées (ce que résume le dilemme qui se pose à Cooper : penser à la survie de l'espèce ou revoir ses enfants et tenir la promesse qui leur a été faite). D'un côté, un voyage spatio-temporel, aux possibilités infinies ; de l'autre le retour vers un foyer, réduit aux dimensions de l'intime : une chambre d'enfant d'abord, puis une chambre d'hôpital, où Cooper retrouvera sa fille sur son lit de mort. Tout se passe donc comme si les deux extrémités de l'aventure se tenaient entre ces deux chambres, entre l'enfance et la mort. Entre ces deux bornes, Cooper a vu, dans l'espace, toute la variété de la vie: il a connu la trahison (le personnage de Matt Damon) la solitude et la séparation (au moment où a lieu l'accident qui l'éjecte de son vaisseau), mais il découvre aussi l'amour (à travers les messages que lui envoie son fils) et, au terme de son voyage, le génie humain (grâce aux découvertes de sa fille).

Par cette façon de ramener le voyage spatial vers la parabole, Nolan pense bien sûr à la fin de 2001, où l'astronaute Bowman découvre, comme le note Michel Chion, que «l'univers est une chambre trop grande pour lui (3) ». Une ellipse transporte alors Bowman du vaisseau Discovery à cette chambre blanche et spacieuse dans laquelle il va s'éteindre devant le monolithe noir. Si Interstellar fait aussi du retour à la chambre l'issue de l'odyssée, celle-ci n'en est pourtant pas la conclusion définitive. Cooper, à la différence de Bowman, ne meurt pas comme un vieil homme devant une énigme (le monolithe). Non seulement il reste miraculeusement jeune (en raison de la relativité du temps), mais sa fille lui demande également de ne pas s'attarder à son chevet : il doit repartir.

C'est sans doute par cette fin, qui rouvre l'aventure vers l'espace alors qu'elle pouvait tout aussi bien la clore dans une chambre, qu'Interstellar étonne définitivement. En voyant Cooper en train de réparer Tars, son robot en forme de petit monolithe noir portatif, pour repartir vers des mondes lointains, là où l'attend peut-être Amélia Band (une des astronautes perdues en route), on se dit que Christopher Nolan en a peut-être fini avec la noirceur qui caractérisait The Dark Knight et Inception. La mort, dans Interstellar, n'a plus aucun enjeu spectaculaire ou émotionnel, comme le prouvent les brèves retrouvailles de Cooper avec sa fille, ou ce plan, sec et magnifique, d'un astronaute recraché par une vague, sur la première planète explorée par Cooper et son équipe. Ce qui compte désormais, de nombreuses scènes le montrent, ce sont les messages que les personnages s'adressent, qu'ils existent par des moyens technologiques (les vidéos que le fils de Cooper lui envoie pendant vingt-trois ans) ou qu'ils prennent la forme de pensées, comme dans cette séquence d'action en montage alterné où Cooper, sur le point de mourir, trouve la force de survivre en songeant à sa fille. Une telle scène dit exactement ce que vise le film, sous la fable scientifique : une célébration de la grandeur humaine, dans sa capacité à communiquer et à transmettre (de la pensée, de l'amour). Nul adieu au langage dans Interstellar mais au contraire un éloge de celui-ci, sous toutes ses formes : celle de la communication d'un savoir humain, celle des intelligences artificielles conçues par l'homme (le robot Tars est une merveille de bienveillance et de dévouement) et celle, plus nostalgique, de la pellicule (4) sur laquelle s'impriment les voyages de Cooper. Choix cohérent, dans un film animé par le désir de conserver une trace de ce que nous avons été. Interstellar, au fond, est une sorte de mémorial, il parle de nous pour les générations qui le verront dans un siècle, comme on voit aujourd'hui Métropolis de Fritz Lang. En témoigne le retour de Cooper dans sa maison devenue musée: à l'image de celle-ci, le film a l'ambition folle de se projeter dans un siècle où l'on ne sera plus. Je resterai, dit-il.

(1) Pauline Kael, Chroniques américaines, éd. Sonatine, pp.381 et suiv.

(2) Certains livres se trouvant dans la bibliothèque ont été identifés : on y reconnaît Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez, Le Fléau de Stephen King, des Poèmes choisis de T.S. Eliot, Labyrinthe de Borges et Emma de Jane Austen (voir la liste complète sur le site de L'Express).

(3) Michel Chion, Stanley Kubrick, l'humain, ni plus, ni moins, éd. Cahiers du cinéma.

(4) A ce propos, il faut noter que seule une salle en France semble en mesure de projeter le film dans son format original 70 mm IMAX.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

la dame du CDI 24/11/2014 21:56

Aaaaah ! Je la trouve bien plus intéressante cette critique, et plus positive aussi. Elle enrichit le visionnage du film, ce que devrait faire toute bonne critique, n'est-ce pas ? ;-)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents